Don't call me worthy - Guy Viarre.






J'ai décidé que je ne poserai pas de questions, mais les gens parlent. Et si votre physionomie est fermée comme on ne veut pas entendre d'avantage ils le voient. Et nous chargent. Parce que d'écouter nous déduisons. Que nous avons le beau rôle du mutique qui s'en dit des choses. Et parce que notre physionomie est fermée, lasse et qu'elle souffle ils parlent d'avantage. Et quoiqu'ils parlent qu'ils n'écoutent pas ils le disent. Nous qu'on va les lâcher. Alors très vite avant qu'on les lâche ils disent qu'ils n'ont pas la chance de lire le mutique que celui qui est en face a le rôle le beau. Ils le déduisent et le comprennent ce qu'ils comprennent qu'on verra ce qu'on verra. Et qu'on est leur presque accusateur et bourreau. Tant selon eux il n'était pas temps et que revenu un peu plus tard le temps qu'ils se consultent et fassent le fonds des poubelles...




Éditions Fissiles _ 2009



_ La Coulée _ ' Chez Robert ' _ Espace d'art.





Tout ici parle noir. Cette Coulée, ce noir, c'est bien plus que pensée, permanence non figée, un enfouissement latéralement observé, et qui permet de saisir ce qui fut perdu, mais perd-on ce que l'on sait être ? Au plus s'en éloigne-t-on, c'est ainsi. Les Ombres noires blanches dessinent la lumière et soulignent les écarts de nos perceptions. Tout cela était déjà là, dans la forme blanche unie, puis brisée, pour être enfouie, comme pour sceller une réunion dans une masse désormais sombre et muette.















http://www.chez-robert.com/