Lieu commun _ Alain Hobé









LIEU COMMUN

ALAIN HOBÉ



Entrer dans ce livre admirable ne demande pas qu’on imagine. Il ne décrit rien d’ailleurs que l’imagination puisse solliciter ni reconnaître. A moins qu’il ne décrive une perfection, qui eût la forme – infernale – d’un enfermement. (…) C’est de « séquestrés » qu’il est question dans Lieu commun. Mais il faut aussitôt le préciser : les séquestrés, les détenus d’aucun châtiment – des spectres. Chacun y est égal à ce qui lui échoit : la terreur, le froid, la solitude (…), sans que nul ne songe à protester ni à fuir. (…) Un espace clos. Celui d’un camp ? C’est ce qu’il semble. A moins qu’au-delà des murs et des fils, le « camp » ne soit le même. A moins que tout ne soit qu’un « camp ». A moins qu’on n’ait jamais été qu’enfermé.

Michel Surya, extrait de la Préface.



...

On ne sait pas quoi penser de son corps.
On sait qu'on est dedans.
On ne sait pas pour combien de temps.
On sait pour l'instant qu'on est dedans.
On s'y tient. On s'y accroche.


...


ALAIN HOBÉ



Editions FISSILE _ Cédric Demangeot


Treizième volume de la collection cendrier du voyage,
tiré en mars 2010 à 500 exemplaires sur centaure naturel.
Format 11 x 16 cm, 120 pages.

Les dix-sept premiers numérotés, sont accompagnés d'une photographie originale de Pierre-Yves Freund.








Thé rouge des Lauzes