Le thé affleure, puis s’évapore doucement, cela dépend du lieu, de la lumière, du temps.

Nouvelle déclinaison d'un geste qui me suit.

Au fond de chaque volume repose un parallélépipède de plâtre, mémoire d'architecture qui se découvre lentement. Ces formes seront fragiles d'une dentelle de thé qui les habille.

Tenter de les conserver... ?