La coulée ... Chez Robert _ 2009

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 


Le noir obture le regard, inexorable lenteur d'une coulée de lave sombre. Absorbés les dérisoires fragments de blancs écueils posés au sol, pas même surgissant. Déposés, les blancs se seraient voulus émergence, mais immobiles, figés, inertes. C'est artifice, appropriation trompe l’œil d'une réalité. Croire ce que nous voyons …
Lentement cela s'écoule et recouvre ; colère de strates successives qui s'immobilisent en un carcan moiré. Être éclaboussés sans être concernés, voyeurs distanciés d'un blanc perdu et d'un noir qui ne vit plus. La pensée claire s'est perdue, le noir se ternit, couleur poussière.


2015




Avoir été là ...


 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://www.pyfreund.net/blog/index.php?trackback/238

Haut de page