Scrupule








Scrupulus : diminutif (de scrupus : pierre pointue, roche) qui désigne par son étymologie bien ancienne, une petite pierre, pointue, qui provoque un moment d'hésitation, de doute, d'empêchement. Une petite pierre qui, malgré sa petitesse, nous pose, à compter de ce moment, un problème, qui nous oblige à un détour.

Extrait de Siza au Thoronet, Editions Parenthèse.















La marche est ainsi : instrument de recherche qui nous met en présence de l'imperceptible, qui joue avec lui, soit pour le produire, soit pour le recueillir, à la manière de ces deux petits cailloux que Francis Alÿs aurait retrouvés dans sa chaussure gauche après avoir déambulé dans les jardins de la fondation Serralves à Porto, ou bien de ces cinq autres petits cailloux répartis dans ses chaussures droite et gauche après une excursion sur la pyramide de la Lune et du Soleil à Teotihuacàn.

Les Latins appelaient de tels fragments des scrupula, des scrupules. Ils causent ces légers embarras qui nous empêchent de marcher confortablement et, au sens figuré, abandonnent notre esprit à un doute, un malaise qui nous maintient dans l'hésitation.

Le marcheur, en dépit de sa légèreté, de son oisiveté et de sa nonchalance, serait l'individu scrupuleux par excellence _ là serait sa gravité _ , celui qui note les infimes moments du monde, les instants de la vie urbaine voués à l'abandon, à la perte, l'imperceptible à jamais inassimilable mais qui mérite qu'un regard soit posé sur lui parce qu'il exprime un autre visage de la ville. Ce détail, ce scrupule, nous empêche de consommer la fluidité de la mégapole et nous amène à regarder la mécanique des déplacements, l'énorme rouage qui l'entretient et qui, grâce à un événement délicat et fragmentaire, devient un enjeu vital, un mouvement à construire. En ce sens les actions de Francis Alÿs, perturbations légères et poétiques de l'espace urbain , négocient en permanence avec l'imperceptible. Elles utilisent la ville, la font travailler, en forgeant des saynètes, des fables, qui inventent une réalité fugace dont les séquences relevées par l'artiste maintiendront l'impact vivace.

Marcher, Créer _ Déplacements, flâneries, dérives dans l'art de la fin du XX siècle _ Thierry Davila













Le scrupule c'est aussi la 24 ème partie de l'once, c'est très petit, petit. Si, en effet, un scrupule ne se fait pas oublier, il ne pèse heureusement pas lourd. Puis n'est-il pas salutaire d'en avoir ? L’important c'est qu'il n'empêche pas d'aller de l'avant. Il m'arrive de marcher avec un petit caillou dans la chaussure, parfois.

Brigitte B.





















Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://www.pyfreund.net/blog/index.php?trackback/469

Haut de page