dialogue solitaire








''Il est extrêmement difficile d'écrire sur ton travail car cela ramène où je ne veux pas être car on n'y peut pas exister, le mot rien sans cesse assassine le peu qui reste.''



Mais ...



Comment sauver le peu qu'on engloutit .



Qui est ce nous qui parle ici . La peur d'un de nous disparaissant ? Peut-être. Une forme qui survit à la disparition ? Un agrément ? Un consentement ? Une amitié des choses et des mots ? De la mémoire et du pierrier d'aujourd'hui ? Une amitié sans doute. Sinon pourquoi sortir d'enfouissement histoires d'un qui tente ? Oui, une amitié pour ne pas perdre les yeux sincères, dans la perversion des arguments. L'ami fait partie de l'étranger qui raconte.
















L'amitié se mélange à d'autres choses cruelles et vagues On n'est pas fier on ne tremble pas non plus on a perdu le pas suivant La confiance dort sûrement quelque part perdue C'est affolant de ne pas trouver l'histoire de n'être plus qu'une force affolée sans trajet







Caroline Sagot Duvauroux _ in Causerie solitaire avec deux trois choses de py freund _ 2015

Photographie ' Holga ' Olivier Nouveau _ Perdre l'écrit

Caroline Sagot Duvauroux _ in Voici le jour _ 2005









Silence quelque fois entrecoupé d'une sourde plainte désaccordée. Lointaine. Dire ce temps donne sens à l'éloignement. Il ne s'est pas rien passé. Croisée de chemins perdus, déception, tristesse, dommages.










Emblave d'obscur où le jour lavera demain ?

Caroline







Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://www.pyfreund.net/blog/index.php?trackback/461

Haut de page