General

demeurerait

Et quelquefois, un matin, un soir, tout va de travers. Des voix se taisent, d'autres hérissent, tu poses une chose, puis l'autre, cela ne colle pas, ne répond pas ... Recommencer, partir, marcher, croiser un regard ou un arbre, simplement effleurer, prendre un cahier, un crayon, écrire dans les  […]

Lire la suite

égarés

''Beaucoup des gestes de Pierre-Yves Freund gravitent autour de la petitesse, du peu, de la trace, du témoignage qu'on en retient. Empreintes de délicatesse, ces pièces sont formées de la main. Ici l'idée du geste porté est fondamentale. Le geste est celui de contenir le plâtre dans les paumes  […]

Lire la suite

Scrupule

Scrupulus : diminutif (de scrupus : pierre pointue, roche) qui désigne par son étymologie bien ancienne, une petite pierre, pointue, qui provoque un moment d'hésitation, de doute, d'empêchement. Une petite pierre qui, malgré sa petitesse, nous pose, à compter de ce moment, un problème, qui nous  […]

Lire la suite

un déterminé

''Étoiles dans la mare Encore cette averse d’hiver Qui brouille l’eau'' (Sora, 1648-1710) Haïku adressé par Monsieur Vogelweith R. K. Un déterminé dans le jardin de La Gare _ Esox Lucius _ 2020 Photographies Fanny Wyzlan. Image du tableau devenu flou et qui se recomposera ensuite lentement.  […]

Lire la suite

penser

Je vais croiser mes mots à ses silences, comme nous le faisons depuis longtemps. Et ses œuvres, ses puzzles, je ne sais pas comment on peut dire, sont de celles qui suggèrent le plus pour moi l'écriture. Peut être justement par la densité du silence, qui chez Pierre-Yves est toujours autour du  […]

Lire la suite

habitude

Bonjour, Veuillez trouver ci-joint un aperçu de mon travail artistique, en vue d'une éventuelle collaboration. Salutations ... Je vous remercie pour l'envoi de votre dossier. Votre travail n'entre pas vraiment dans le champ de mes préoccupations, ce qui ne retire rien à sa valeur. Au hasard  […]

Lire la suite

divergence

C'est à peu près droit, cela voudrait l'être, il suffit d'un rien, de faire attention ... Je fais attention, mais allez donc savoir pourquoi, cela m'échappe souvent un peu, un éclat, une subtile  courbe dessinée ... Alors recommencer une fois encore, dans l'urgence même, éviter ce qui noue le creux  […]

Lire la suite

Errances

C'est presque une habitude, tenir en paume un pétale, un morceau de métal, l'un pris dans une gangue de plâtre, l'autre pour marquer la main que l'attention se déplace des mots et des regards en cours, serrer. '' petite pièce de métal trouvée au sol serrée longtemps dans la paume jusqu’à l’absorber  […]

Lire la suite

Errance

      La non réplique comme silence opposé. Ou sans cesse dire la même chose, jamais vraiment à l'identique, à chaque instant les contingences varient, ombres et lumières dessinent d'autres possibles où déposer les mots et non mots entrecoupés de riens. Avancer, tenir debout, se taire … Être sur sa  […]

Lire la suite

Brouillon

             

Caroline Sagot-Duvauroux

      '' Je vais croiser mes mots à ses silences, comme nous le faisons depuis longtemps. Et ses œuvres, ses puzzles, je ne sais pas comment on peut dire, sont de celles qui suggèrent le plus pour moi l'écriture. Peut être justement par la densité du silence, qui chez Pierre-Yves est toujours autour  […]

Lire la suite

Sans hasard

      Que je colle de petites images aux murs de la ville, que dépose des mots et des formes en des lieux que je traverse​, des phrases volées en des gangues de plâtre perdues en des itinérances réfléchies, que je confie de petites boites valises à des mains amies, je ne perds rien, ne donne rien  […]

Lire la suite

' Un bout du pré '

      Une a relevé le secret, c'est très dangereux de relever les secrets, les choses premières. S'est cassé la ligne à l'endroit du secret. On n'a pas retrouvé la parole perdue mais la conscience s'est accrue douloureusement dans la ligne brisée de la parole. _ Caroline Sagot Duvauroux _ Un bout du  […]

Lire la suite

' Comment sauver le peu qu'on engloutit ? ' _ Jean Gavard Perret

      Toute l’œuvre de P-Y Freund répond à la question que pose Caroline Sagot Duvauroux * : “Comment sauver le peu qu’on engloutit ?” et que le monde lui-même dévore. Le plasticien fait ressurgir non seulement les traces mais les lumières de tout ce qui se défait. Textiles, moulages tirent du rien  […]

Lire la suite

.

      "De quelque façon que les hommes veuillent me voir, ils ne sauraient changer mon être, et malgré leur puissance et malgré toutes leurs sourdes intrigues, je continuerai, quoi qu'ils fassent, d'être en dépit d'eux ce que je suis. " Rêveries du promeneur solitaire (1782) Jean-Jacques  […]

Lire la suite

_ Présence _

      MICHEL ANSEAUME & CAROLINE SAGOT-DUVAUROUX Photographie : Mélanie Gribinski        

.

             

Haut de page