General

divergence

C'est à peu près droit, cela voudrait l'être, il suffit d'un rien, de faire attention ... Je fais attention, mais allez donc savoir pourquoi, cela m'échappe souvent un peu, un éclat, une subtile  courbe dessinée ... Alors recommencer une fois encore, dans l'urgence même, éviter ce qui noue le creux  […]

Lire la suite

Errances

C'est presque une habitude, tenir en paume un pétale, un morceau de métal, l'un pris dans une gangue de plâtre, l'autre pour marquer la main que l'attention se déplace des mots et des regards en cours, serrer. '' petite pièce de métal trouvée au sol serrée longtemps dans la paume jusqu’à l’absorber  […]

Lire la suite

Errance

      La non réplique comme silence opposé. Ou sans cesse dire la même chose, jamais vraiment à l'identique, à chaque instant les contingences varient, ombres et lumières dessinent d'autres possibles où déposer les mots et non mots entrecoupés de riens. Avancer, tenir debout, se taire … Être sur sa  […]

Lire la suite

Caroline Sagot-Duvauroux

      '' Je vais croiser mes mots à ses silences, comme nous le faisons depuis longtemps. Et ses œuvres, ses puzzles, je ne sais pas comment on peut dire, sont de celles qui suggèrent le plus pour moi l'écriture. Peut être justement par la densité du silence, qui chez Pierre-Yves est toujours autour  […]

Lire la suite

Sans hasard

      Que je colle de petites images aux murs de la ville, que dépose des mots et des formes en des lieux que je traverse​, des phrases volées en des gangues de plâtre perdues en des itinérances réfléchies, que je confie de petites boites valises à des mains amies, je ne perds rien, ne donne rien  […]

Lire la suite

' Un bout du pré '

      Une a relevé le secret, c'est très dangereux de relever les secrets, les choses premières. S'est cassé la ligne à l'endroit du secret. On n'a pas retrouvé la parole perdue mais la conscience s'est accrue douloureusement dans la ligne brisée de la parole. _ Caroline Sagot Duvauroux _ Un bout du  […]

Lire la suite

' Comment sauver le peu qu'on engloutit ? ' _ Jean Gavard Perret

      Toute l’œuvre de P-Y Freund répond à la question que pose Caroline Sagot Duvauroux * : “Comment sauver le peu qu’on engloutit ?” et que le monde lui-même dévore. Le plasticien fait ressurgir non seulement les traces mais les lumières de tout ce qui se défait. Textiles, moulages tirent du rien  […]

Lire la suite

.

      "De quelque façon que les hommes veuillent me voir, ils ne sauraient changer mon être, et malgré leur puissance et malgré toutes leurs sourdes intrigues, je continuerai, quoi qu'ils fassent, d'être en dépit d'eux ce que je suis. " Rêveries du promeneur solitaire (1782) Jean-Jacques  […]

Lire la suite

Michel Delacroix ... Fut un temps ...

      A cette époque, Michel Delacroix et moi correspondions. L'un adressait à l'autre une phrase rencontrée dans un livre, ou ailleurs. Le second réalisait une vidéo de ce qu'il ressentait. '' C'est le charme des temps troubles de permettre des gestes qui sortent de la ligne convenue. '' Vidéo M.  […]

Lire la suite

Chausse-Trappes _ Collège Gérome, Vesoul _ [2]

      Présenter une chausse-trappe. Observer les réactions des personnes auxquelles elle est présentée. La forme attire, appelle la main, les angles saillants vivent. Saisir, effleurer. Poser au sol, comprendre les courbes, la toujours violence. Apprivoiser même les fautes antérieures. Puis viennent  […]

Lire la suite

Chausse-Trappe

      CHAUSSE-TRAP[P]ES Épurer la forme, en souligner les lignes de force, agrandir, user de plâtre et de regards ; arriver à un volume qui soit la mémoire du chausse-trappe et dise autre chose. Passer d’une pièce agressive et violente à une forme douce. Disposer un ensemble de plusieurs de ces  […]

Lire la suite

Caroline Sagot Duvauroux _ été 2012 _

      Histoire que nous avons vécue ensemble, il y a longtemps maintenant, c'était une histoire de secret posé dans des formes très silencieuses, des formes parallélépipédiques, avec simplement quelques fractures, nous sentions que quelque chose s'était passé ; les fractures étaient des ouvertures  […]

Lire la suite

Jean-Pierre Le Goff

      … Elle s’était, avec quelques amies, inventé un jeu qui consistait à rechercher, rue de La Perle, des petits cailloux percés, dans les ouvertures desquels elles glissaient un message d’amour que de jeunes garçons venaient lire. Il était sans doute évident pour elles que ces cailloux étaient  […]

Lire la suite

Jean-Pierre Le Goff

Le geste demeure suspendu, ne nous arrivent plus ces lettres à l'écriture bleue et fine qui me faisaient rêver, les mots perlés, les chants de pies voleuses, le cachet de la poste ne fait plus foi. J'attends encore et relis tes mots, petits papiers colorés. J'ai rangé le crayon vert, le rayon vert,  […]

Lire la suite

Haut de page