un jardin à Salmaise















Tu as creusé un trou dans le sol, intrusion faite de coups de pioche, introduit des parois de métal qui ouvrent le regard sur la terre, fond de terre nue.
Une plaque de verre recouvre la blessure, la referme, l'homme marche là, s'accroupit, regarde, domine, cela résiste.

Image réfléchie.

Des plantes naissent sous le verre du collectionneur attentionné, visibles quand les perles d'eau se dissipent. Cela respire, vit, et pleure en dedans, troublant les possibles qui échappent. Ne plus rien connaître de ce petit fragment de monde protégé. Il a plu. Lentement la terre reprend ses droits et cela ne t'appartient plus.

















“Buried Cube Containing an Object of Importance but Little Value” (1968)

This was Sol LeWitt’s goodbye to minimalism. It was essentially a performance, but he buried a cube that took place in a local garden. These are photographs of the event, relying solely on the idea instead of the finished project. This was what he called “death of the author stance,” and “once it  […]

Lire la suite

indéterminé

''Étoiles dans la mare Encore cette averse d’hiver Qui brouille l’eau'' (Sora, 1648-1710) Haïku adressé par Monsieur Vogelweith R. K. Un déterminé dans le jardin de La Gare _ Esox Lucius _ 2020 Photographies Fanny Wyzlan. Image du tableau devenu flou et qui se recomposera ensuite lentement.  […]

Lire la suite

dialogue solitaire

''Il est extrêmement difficile d'écrire sur ton travail car cela ramène où je ne veux pas être car on n'y peut pas exister, le mot rien sans cesse assassine le peu qui reste.'' Mais ... Comment sauver le peu qu'on engloutit . Qui est ce nous qui parle ici . La peur d'un de nous disparaissant ?  […]

Lire la suite

un déterminé [ III ]

Un déterminé III _ Cadre de métal placé en terre, recouvert d'une plaque de verre. 90 x 90 x 60 cm, troisième (et dernière ... ? ) déclinaison d'un geste né avec le soutien de la DRAC Franche Comté. Jardin de La Gare, Lieu d'art, Esox Lucius, Saint Maurice les Châteauneuf. Boîte noire, la terre  […]

Lire la suite

poussière blanche sur noir _ II _

Poussière blanche sur noir (II) L’œuvre de Pierre-Yves Freund produit, entre résistance des matériaux et sensation de mutabilité, une impression d’ailleurs, telle une entaille dans l’ordre de la réalité. Cette nouvelle édition de « Poussière blanche sur noir » est conçue comme un prolongement de  […]

Lire la suite

Michel Anseaume

mort de Michel Anseaume On les a déjà eu, dit il avec sa trogne de bakounine & de gamin pas pris : on les aura. Lis ça : un livre par jour, une page au hasard : on na va pas les laisser fabriquer notre mort, on ne va pas les laisser asphyxier le sens & et s'en tirer comme cela : faut  […]

Lire la suite

habitude

Bonjour, Veuillez trouver ci-joint un aperçu de mon travail artistique, en vue d'une éventuelle collaboration. Salutations ... Je vous remercie pour l'envoi de votre dossier. Votre travail n'entre pas vraiment dans le champ de mes préoccupations, ce qui ne retire rien à sa valeur. Au hasard  […]

Lire la suite

divergence

C'est à peu près droit, cela voudrait l'être, il suffit d'un rien, de faire attention ... Je fais attention, mais allez donc savoir pourquoi, cela m'échappe souvent un peu, un éclat, une subtile  courbe dessinée ... Alors recommencer une fois encore, dans l'urgence même, éviter ce qui noue le creux  […]

Lire la suite

perdue

Une a relevé le secret, c'est très dangereux de relever les secrets, les choses premières. S'est cassée la ligne à l'endroit du secret. On n'a pas retrouvé la parole perdue mais la conscience s'est accrue douloureusement dans la ligne brisée de la parole. Caroline Sagot Duvauroux _ Un bout du pré _  […]

Lire la suite

Un déterminé [ II ]

Pierre-Yves Freund est habité par les notions de trace, de mémoire et d'empreinte. Le processus fait souvent partie intégrante du travail. L'instant figé, celui où le regard s'arrête, est témoin d'un passé et d'un devenir, temps suggéré, non imposé. Ses formes portent les marques de leur  […]

Lire la suite

Stances

Il y eut plusieurs noms à cette forme, trop bavards, trop complexes. Il y eut trois formes dans un cimetière, puis 27 pour un projet commandé rejeté, puis 36 un instant imaginé exister. A ce jour 40 formes, nées de mes mains contraignant le plâtre noir ; François Bazzoli en a souligné le côté  […]

Lire la suite

Pétales de pavots

La feuille de pavot se tord, se plisse, tant de contraintes douces l'amènent en des territoires de formes organiques dont il ne restera rien, empreintes traces sur papier, le souvenir perdu de ce qui fut, des jours de soleil emplis d'abeilles. Une vitre dépolie marque une frontière invisible, et  […]

Lire la suite

Errances

C'est presque une habitude, tenir en paume un pétale, un morceau de métal, l'un pris dans une gangue de plâtre, l'autre pour marquer la main que l'attention se déplace des mots et des regards en cours, serrer. '' petite pièce de métal trouvée au sol serrée longtemps dans la paume jusqu’à l’absorber  […]

Lire la suite

Haut de page