emblave d'obscur [ et perdue ]










Emblave d'obscur   _ et perdue _






Marie Gayet a creusé ces mots, les retournant à plusieurs reprises pour en extirper un sens qui échappait.


Emblave est à écouter dans sa résonance. Par rapprochement phonétique, il donne enclave, entrave. Creuser le m, le b, le v car emblave coule et ruisselle là où enclave contient et force. C'est un mot rustique, un mot concept.




Je voulais ici nommer, 'Emblave d'obscur', mots clés, ossature à la pensée qui a généré gestes et paroles qui occupent l'espace.











A Rochejean, dans l'église, les deux confessionnaux accueillent ces paroles. Celles de Caroline Sagot Duvauroux, entre confidence et confession disent un texte fort, interrogent la sérénité, parlent de résistance, de nous, de l'autre, de ce rapport intranquille qui permet quelquefois à l'art de s'exprimer, d'exprimer une pensée. Sans l'autre n'être rien, ou si peu.




Exprimer, c'est expliquer ses pensées, descrire bien quelque action. Les Orateurs doivent s'exprimer en beaux termes, clairs, nets & choisis. Un Peintre exprime avec des couleurs les passions que le Poète exprime avec des paroles.

En termes de Physique,' Exprimer' signifie : Tirer le jus de quelque substance.

Présence d'Abd El Krim, nos petitesses soulignées. Et rien n'aurait bougé ?




Le second texte dit les errements et les questionnements nés d'échanges et d'émotions partagées, retournement des mêmes termes. Les voix ne diront rien des écarts nés au fil du temps, que le dialogue répare doucement.
Chaque matin Lucas Condamine écrit quelques mots, la présence de Saint Jean de La Croix incarcéré l'accompagne.
L'un dit sans doute un dieu, l'autre dit le doute. Le doute comme une insurrection ?




D'autres voix amies lisent un même texte modifié par les respirations et hésitations de qui s'applique à dire bien un non connu. Lieux clos aux rares angles de ciel ouvert, lieu de parole contrainte.




Beaucoup ici parle de l'autre, de son écoute. La distance nait de l'appropriation du geste, de la réplique ; sens qui échappe, et dirait un ailleurs.











La matière retient l'attention, prend sans doute trop d'importance, séduction attractive, l'enveloppe retiendrait l'esprit, même vide jetée au sol ... Empreinte, réplique. S'approprier le geste, se réfugier et se rassurer en retrouvant des rituels perdus, de ceux qui redonnent un sens particulier à l'objet profane ...

Peau au sol, empreinte dé posée, jetée, et perdue. En un autre lieu serait-elle ?












Certains gestes d'appropriation (me) perturbent et interrogent. Aurais-je été là alors que je me perdais ...

Cela m’a par ailleurs beaucoup surprise de voir à quel point le public s’empare des objets et les déplace.











Marie écrit encore ceci.

C’est beau de jouer sur le titre, à l’écrit, ( et perdue ) se lit comme une recluse.

À l’oral s’entend passionné.

Une forme de fièvre ou de ferveur que je crois lire sur le néon,

D’abandon.

Ce qui se joue dans le confessionnal









Je pensais à l'autre, avoir abordé l'église comme un lieu d'asile perdu, maintenant qu'à nouveau la force brutale sait violer la porte un temps rassurante. Temps perdus.

Simplement avoir tenté une relation entre l'espace, l'histoire du lieu, et quelques gestes pensées qui nous travaillent, instants d'un autre calme possible, l'émotion profonde de qui sut écouter rassura.

Il y a présence m'écrit l'amie lointaine. Mais laquelle et où ? Simple fragment de rencontres, inspirer est simple respiration. Repartir, il ne s'est pas rien passé.













Caroline Sagot-Duvauroux, écrivain et poétesse, vit à Crest.

Marie Gayet, commissaire d'expositions, vit à Paris.

Lucas Condamine, ami, vit à Salmaise.

L'abbé Furetières a rédigé un dictionnaire vers 1500.

Abd El Krim a longuement résisté lors de la guerre du Rif.



















demeurerait

Et quelquefois, un matin, un soir, tout va de travers. Des voix se taisent, d'autres hérissent, tu poses une chose, puis l'autre, cela ne colle pas, ne répond pas ... Recommencer, partir, marcher, croiser un regard ou un arbre, simplement effleurer, prendre un cahier, un crayon, écrire dans les  […]

Lire la suite

emblave d'obscur [ et perdue ] _ art en chapelles

Pierre-Yves Freund _ Église de Rochejean _ Emblave d'Obscur (et perdue) née d'une courte phrase de Caroline Sagot Duvauroux, envoi de l'ouvrage ' Comment dire ' ... Comment dire, répliquer, une forme, une phrase, une empreinte, tenter d'en extirper un sens, écrire, réécrire encore jusque perdre ...  […]

Lire la suite

art en chapelle

Exposition du 5 juillet au 23 août 2020 Sarkis > Saint-Point Jingfang Hao & Lingjie Wang > Remoray Line Marquis > Gellin FRAC Franche-Comté avec Ann Veronica Janssens, Charles Dreyfus, Pierre Tatu > Petite-Chaux Pierre-Yves Freund > Rochejean Élisabeth S. Clark > Saint-Antoine  […]

Lire la suite

égarés

''Beaucoup des gestes de Pierre-Yves Freund gravitent autour de la petitesse, du peu, de la trace, du témoignage qu'on en retient. Empreintes de délicatesse, ces pièces sont formées de la main. Ici l'idée du geste porté est fondamentale. Le geste est celui de contenir le plâtre dans les paumes  […]

Lire la suite

21 grammes

L'histoire du chardonneret pesant vingt et un grammes Patrick Wateau en Docimasie Le poids de l'âme Je connais l'histoire depuis mon adolescence. L'ai-je lue ? L'ai-je entendue ? Je ne m'en souviens plus. Un savant voulut un jour connaître le poids d'une âme. Il pesa un moribond à la dernière  […]

Lire la suite

Don't call me worthy Guy Viarre

J'ai décidé que je ne poserai pas de questions, mais les gens parlent. Et si votre physionomie est fermée comme on ne veut pas entendre d'avantage ils le voient. Et nous chargent. Parce que d'écouter nous déduisons. Que nous avons le beau rôle du mutique qui s'en dit des choses. Et parce que notre  […]

Lire la suite

Scrupule

Scrupulus : diminutif (de scrupus : pierre pointue, roche) qui désigne par son étymologie bien ancienne, une petite pierre, pointue, qui provoque un moment d'hésitation, de doute, d'empêchement. Une petite pierre qui, malgré sa petitesse, nous pose, à compter de ce moment, un problème, qui nous  […]

Lire la suite

Il y eut ...

1990 peut-être, j'avais vraisemblablement un compte à régler avec la peau, ma peau. J'ai placé quelques feuilles de basane sur un socle en plâtre, ai fixé sur elle une broche halogène, 500 watts ... Cela brûlait, une fumée âcre envahissait l'espace, repoussait les possibles rares spectateurs, la  […]

Lire la suite

un jardin à Salmaise

Tu as creusé un trou dans le sol, intrusion faite de coups de pioche, introduit des parois de métal qui ouvrent le regard sur la terre, fond de terre nue. Une plaque de verre recouvre la blessure, la referme, l'homme marche là, s'accroupit, regarde, domine, cela résiste. Image réfléchie. Des  […]

Lire la suite

“Buried Cube Containing an Object of Importance but Little Value” (1968)

This was Sol LeWitt’s goodbye to minimalism. It was essentially a performance, but he buried a cube that took place in a local garden. These are photographs of the event, relying solely on the idea instead of the finished project. This was what he called “death of the author stance,” and “once it  […]

Lire la suite

un déterminé

''Étoiles dans la mare Encore cette averse d’hiver Qui brouille l’eau'' (Sora, 1648-1710) Haïku adressé par Monsieur Vogelweith R. K. Un déterminé dans le jardin de La Gare _ Esox Lucius _ 2020 Photographies Fanny Wyzlan. Image du tableau devenu flou et qui se recomposera ensuite lentement.  […]

Lire la suite

penser

Je vais croiser mes mots à ses silences, comme nous le faisons depuis longtemps. Et ses œuvres, ses puzzles, je ne sais pas comment on peut dire, sont de celles qui suggèrent le plus pour moi l'écriture. Peut être justement par la densité du silence, qui chez Pierre-Yves est toujours autour du  […]

Lire la suite

Haut de page