_ Que m'en donnez-vous ? _ [Restitution]





_ Mise en place du 20 et 21 février 2018 _ Charlieu _ Atelier Komunikey _ Sébastien Dargaud.






L'espace, murs blancs, murs noirs et une longue table vitrine. Ne pas bousculer l’ordre, placer sans heurt, photographies aux murs, petits volumes dans la vitrine et au sol, plĂątre noir, blanc, pĂ©tales de pavots serrĂ©s dans la paume, stigmates dont la couleur s'estompe avec le temps. La trace parle, blessure symbolique dont le sens Ă©chappe.









'Que m'en donnez-vous ... ?'


Que faites-vous de vos mains, à quelle auge mesurer la valeur du geste, ce qui fut réalisé, ce que nous voyons, considérons ?
Parole et regard, indiffĂ©rence, il n'y a pas d’universalitĂ© en nos prĂ©occupations, pas de rĂ©sonance obligĂ©e. Les possibles silences.








Quelques heures de rencontres sans temps mort, la proposition interpelle, venue d'ailleurs, loin, la pluie continuelle décourage certains, le marché du samedi matin se désertifie rapidement ... Passent amis et inconnus, compter serait non sens.














''C'est bien simple, je veux tout les rampes d'accÚs ! Les produits en déréliction, les ùmes perdues ! '' _ Christophe C.







_ Ce bleu exactement.



Ce bleu, exactement


Espace pour l’art

5, rue RĂ©attu, 13200 Arles

Du 22 mars au 28 Avril 2018


Anna Seghers dans un livre Ce bleu, exactement (Das wirkliche Blau) raconte l’histoire d’un potier mexicain, Benito qui rĂ©alise une vaisselle bleue, dont il est trĂšs fier, qu’il va vendre semaine aprĂšs semaine sur le marchĂ© de Mexico Ă  une clientĂšle qui l’apprĂ©cie et ne cesse d’en redemander. Arrive un jour oĂč, en rupture de stock, son fournisseur rĂ©gulier lui dit qu’il n’est plus en mesure de lui procurer son bleu habituel. Ne pouvant envisager de renoncer Ă  “ce bleu, exactement », il se lance Ă  la recherche des pigments nĂ©cessaires Ă  la fabrication de cette couleur.

Sa quĂȘte obstinĂ©e, qui finira par aboutir, tĂ©moigne du courage que chaque artiste doit dĂ©ployer afin d’obtenir prĂ©cisĂ©ment ce qu’il cherche » Il tenait Ă  son bleu comme si ce bleu Ă©tait son destin. On finit toujours par trouver ce qui vous appartient”.


C’est cette quĂȘte de ce bleu, exactement, qui m’a donnĂ© l’idĂ©e d’inviter quelques artistes Ă  exposer une Ɠuvre qui reprĂ©sentera pour eux cette quĂȘte absolue ou des galeristes ou collectionneurs ont prĂȘtĂ©s les Ɠuvres qu’ils estimaient pouvoir rĂ©pondre Ă  cette demande.



Quelques Ɠuvres seront exposĂ©es chaque semaine, que le public est invitĂ© Ă  venir dĂ©couvrir chaque jeudi.


LĂŠtitia Talbot






Les Ɠuvres des artistes exposĂ©es et leur calendrier:

Le 22 mars : Jacques Monory, Marie Ducaté, Sophie Lassagne, Pierre-Yves Freund
Le 29 mars : Bernard Plossu, Adnan Etel sur invitation de Yves Klein
Le 5 avril : Bertrand Lavier, Diane Moulenc
Le 12 avril : Caroline Duchatelet, Francois Martin
Le 19 avril : Tom Shannon, Mathieu Mercier
Le 26 avril :Thibaut Cuisset, Lei Saito
Le 3 mai : Raymond Hains, Michel Houssin
Le 10 mai : Marco Godhino





Galerie ouverte les jeudi, vendredi et samedi de 14h Ă  18h ou sur rv: 0674692192



_ Esquilles ...












- Errances








Photographie Olivier Nouveau.





S'ĂȘtre trompĂ© _ je me suis trompĂ©. _ Avoir reculĂ© _ j'ai prĂ©fĂ©rĂ©._ Partir sans un bruit ? _ Le bruit, dĂ©finir le bruit, l'absence de prĂ©sence, la prĂ©sence d'une absence, la marquer de quelque chose qui serait . Là ? _ Donc ĂȘtre passé ? _ MĂȘme pas, cela se serait dĂ©roulĂ© seul ?





Pourquoi avez-vous retournĂ© cette piĂšce ? _ Je ne voulais pas que toute aillent dans le mur 
 _ Jusqu'alors je les pensais toutes s'en Ă©loigner, ainsi donc elles marchaient Ă  reculons 
 _














Simplement s'ĂȘtre trompĂ©, et laisser une forme amie marquer d'un blanc un territoire perdu.







Strasbourg Art Photography







Le site.





_ Strasbourg Art Photography









Paysages Incertains


Six tirages présentés à Strasbourg Art Photography


Strasbourg art photography 2018, parcours photographique en ville: la seconde Ă©dition du mois de la photographie se dĂ©roule du 1er au 31 mars 2018. Plus de 40 lieux diffĂ©rents d'exposition Ă  travers la ville mais aussi en dehors, 80 artistes français et internationaux, une sĂ©lection Ă©clectique reprĂ©sentative de la photographie contemporaine, conceptuelle et plasticienne, des Ɠuvres et des artistes remarquables et Ă  remarquer. La gratuitĂ© de l'Ă©vĂ©nement proposĂ©e dans tous les lieux d'exposition est une volontĂ© des organisateurs afin de permettre l'accĂšs du public le plus large possible Ă  la photographie contemporaine.







Strasbourg Art Photography _ Le Site.













_ Quelque chose _


























Installation Ă©phĂ©mĂšre, ‘acte performatif ‘ , durant lequel mon rĂŽle est le contrĂŽle du processus.
‘Quelque chose’ : sept petits parallĂ©lĂ©pipĂšdes de plĂątre, contenant chacun un tube halogĂšne de 500 watts ; mis sous tension, ils rĂ©agissent, fument, se fissurent, et s’éteignent plus ou moins rapidement, rien n’est prĂ©visible. Ils peuvent demeurer inertes. Ils sont Ă©change autour d’une piĂšce Ă  durĂ©e de vie limitĂ©e, mise en espace temporaire, dont subsistent photographies et vidĂ©os.






















Mise en place au 180, TĂ©teghem, 2014 et Ă  l'Atelier Archipel, Arles, 2013 _ Photographies Nicolas Gaillardon.






_ Guy Viarre.





je dis que parler ce n'est pas tout confondre.
ni donner audience Ă  inertie mauvaise.
on n'enjambe pas des vautours et nos charognes
sont plus générales
et plus claires
qui n'invectivent pas.



' Le livre des parois ' _ Guy Viarre _ GrĂšges Ă©ditions _




- Redite





Les toujours mĂȘmes gestes, Ă  l'identique rarement.



Papiers perdus, signes sur poussiĂšres noires.



















_ Pierre-Yves Freund n'existe pas ...











_ Pierre-Yves Freund n'existe pas _ Entretiens sur L'Intervalle _ 16 janvier 2017
.









_ L'INTERVALLE_ FABIEN RIBERY _ blog littérature, cinéma, photographie, gestes artistiques, sciences humaines, philosophie / Entretiens et chroniques ...









_ Que m'en donnez-vous ...























Que m'en donnez vous ?




Proposition d'Ă©change, de troc ...

Que faites-vous de vos mains, à quelle auge mesurer la valeur du geste, ce qui fut réalisé, ce que nous voyons, considérons ?

Une parole, un regard sont dĂ©jĂ  Ă©change. Ou l'indiffĂ©rence, il n'y a pas d’universalitĂ© en nos prĂ©occupations, pas de rĂ©sonance obligĂ©e.

Qu'en est-il du désir d'appropriation ?

Nous avons la parole, des moyens, et la possibilité du silence.

Autre chose que l'argent se peut.

Quelques gestes proposés, numérotés. Un petit carnet. Un crayon. Une proposition peut se dessiner, une maniÚre de répondre. Une coupelle. Mots posés.













_ Le regard d'Olivier Perrenoud. Un merci grand.









- Paysages incertains.









Images photographiques, dessin, rencontre de matiĂšres.

Un procédé, une durée, s'éloigner avant de devenir adroit, épuiser le propos.
















_ Contraintes _ (IV)










Mise en place au 180 _ Dunkerque _ 2014






Formes sombres, dßtes 'Contraintes' réalisées en plùtre coloré.

La forme naĂźt de la contrainte de matiĂšre contenue en des bas nylon. Les mains se posent sur cette forme organique molle, doigts et paumes s’immiscent, pression et serrement modulent et font naĂźtre des mĂ©moires de visages.

Le plùtre noir se solidifie, le tissu est arraché. Réparation, non calme, modelage à l'aveugle.












_ Pavots _ 2017





Aimer des pétales de pavots se lier les uns aux autres. Nait une forme, un équilibre éphémÚre.


















_ PoussiĂšre blanche sur noir.









Pierre-Yves Freund : fonds et surfaces


Dans l’Ɠuvre de Pierre-Yves Freund semblent se retrouver des choses laissĂ©es sur le bas cĂŽtĂ© de l’existence. Cela permet de saisir quelques Ă©lĂ©ments premiers du secret de l’intime du monde. A chaque spectateur d’en faire l’usage et l’interprĂ©tation qui lui plaira. D’autant que tout se prĂȘte au doute par la variation des Ă©chelles et des matiĂšres Tout ce qu’on peut en dire : elles ne sont pas nobles. Elles gĂ©nĂšrent ni absurde fĂ©licitĂ© ni abus de confiance, mais sidĂšrent lĂ  oĂč le travail n'a plus besoin de nier ou d'affirmer.

La seule rĂ©ponse est le geste qui rĂ©pond au silence du monde. Il ne faut donc pas chercher ce que l’Ɠuvre cache, mais juste se laisser prendre Ă  perte de vue en sa propension Ă  percer la nuit de l'ĂȘtre ou du monde mais sans en donner les clĂ©s. Des surfaces hantent, s’en dĂ©tachent des formes Ă©tranges de suspens, de vertige. Par elles surgit l’adhĂ©rence Ă©troite Ă  ce qu'il en est de soi, sur ce que l’on ignore et qui n’a pas de nom en des images aussi rupestres que mystĂ©rieuses.



Jean-Paul Gavard-Perret

Article en ligne sur le blog ' Le Littéraire '



« PoussiÚre blanche sur noir », texte de François Bazzoli, photographies Olivier Perrenoud et Pierre-Yves Freund, graphisme Hands Up, Juanma Gomez.





_ Sans hasard ...









Que je colle de petites images aux murs de la ville, que dĂ©pose des mots et des formes en des lieux que je traverse​, des phrases volĂ©es en des gangues de plĂątre perdues en des itinĂ©rances rĂ©flĂ©chies, que je confie de petites boites valises Ă  des mains amies, je ne perds rien, ne donne rien pour rien ; je garde votre regard, vos mots, un certain silence ... le temps d'une vie, d'une pensĂ©e. Restera une trace de ce qui fut, un fragment d'histoire, un mot silencieux, un Ă©clat de rire partagĂ© ; et toujours cette longue baie vitrĂ©e qui nous sĂ©pare Ă  jamais, image reflĂ©tĂ©e d'un ailleurs, chemin partagĂ© que je ne sais pas ici mais qui existe. Une absence.











_ Étoiles ennemies _ Alain HobĂ©.





... " Il se retrouve le dos contre le fond froid de la cour, les yeux en l'air, tout entier en morceaux Ă  se perdre en pensĂ©es inutiles maintenant qu'il s'Ă©vanouit, que ses pensĂ©es rencontrent ce qu'elles ne sont plus, maintenant qu'il part par petits bouts, dĂ©bris que le vent pousse dans les rainures. Il ne bouge pas, Ă©puisĂ© de stupeur, pensif dans ses derniers instants, certain qu'il ne parviendra pas Ă  quitter les lieux autrement qu'en disparaissant lĂ , dans l'Ă©vidence soudaine de son inapparence Ă  l'instant oĂč le rĂȘve, ou ce qu'il prend pour lui, l'enlĂšve en son absence. "


_ Alain HobĂ© _ Étoiles ennemies _ L'arachnoĂŻde _ 2007.





_ 1/12/2017





















_








_ N'existe plus ...










_ A terre ...













'' N’avoir rien de plus prĂ©cieux qu’un petit carton vide, et le plaisir que l’on ressent en gardant et en aimant ce vide.''

_ Docimasie - Patrick Wateau _ Édition Corti.





'' Un bout du pré ''









' Une a relevé le secret, c'est trÚs dangereux de relever les secrets, les choses premiÚres. S'est cassée la ligne à l'endroit du secret. On n'a pas retrouvé la parole perdue mais la conscience s'est accrue douloureusement dans la ligne brisée de la parole.'

_ Caroline Sagot Duvauroux _ Un bout du prĂ© _ Édition Corti 2017_



Photographie VĂ©ronique Duhaut.
2005.



- Un instant ...





Rencontres suivies de silences, politesses adroites devenant art de l'esquive, s'ensuit un retrait, ne pas ĂȘtre lĂ  oĂč vous me vouliez/pensiez ĂȘtre.







[Fragment d'une exposition Ă  venir, automne 2018.]



_ Prémisses d'esquilles.









_










_ Un temps ...










_





FIAC 2017 _ 19-22 octobre 2017 _ Stand 0.D38




La Galerie Françoise Paviot présente :



Juliette Agnel – Jocelyne Alloucherie – Dieter Appelt – Anna et Bernhard Blume – Brassaï – Henri Cartier-Bresson – Benjamin Deroche – Alain Fleischer – Lydia Flem – Joan Fontcuberta – Pierre Yves Freund – Raymond Hains – Aki Lumi – Man Ray – Arthur Siegel







L’ÉchappĂ©





Nouvelle page du site _ L’ÉCHAPPÉ _







_ Flou ...









_ Contraintes _ ( III)










' Contraintes ' _ Longtemps dénommées 'Gueules cassées', ces formes naissent de la pression des mains sur le plùtre contenu en des bas nylon. Toutes les photographies ont été retravaillées par un ami photographe pour donner une série homogÚne.


Cela existera un jour, ou pas.







_ Être l'invitĂ© de l'invitĂ©e.









_ Paysage improbable.









_ Pavots _ août 2017















_ L'échappé












_ Vue _ 2017








DerniĂšre vue, le lieu oĂč ces photographies furent prises est dĂ©truit.




_ PoussiĂšre blanche sur noir.














_ Texte de François Bazzoli _ Dialogue du geste et de l'artiste commenté par le témoin privilégié _


_ Photographies Olivier Perrenoud et Pierre-Yves Freund _


_Conception graphique Juanma Gomez ' Hands'up Studio '







_ Impression numérique _ 40 pages _ 100 exemplaires remis essentiellement en mains propres.



_ L'échappé









L'échappé

Exposition de Pierre-Yves Freund

Librairie et lieu d'Ă©change La Colline _ 21 _ Flavigny sur Ozerain



Vernissage le samedi 11 août à partir de 17 heures 30.

Exposition du 12 au 31 août, de 14 h à 19 h, sauf les lundis.






_ Non Nommée










_

















2017 _ Pétales de pavots, plùtre, formes aléatoires, éphémÚres.