emblave d'obscur [ et perdue ] _ art en chapelles

















Pierre-Yves Freund _ Église de Rochejean _ Emblave d'Obscur (et perdue) née d'une courte phrase de Caroline Sagot Duvauroux, envoi de l'ouvrage ' Comment dire ' ... Comment dire, répliquer, une forme, une phrase, une empreinte, tenter d'en extirper un sens, écrire, réécrire encore jusque perdre ... Et perdre à nouveau qui fut perdu.







Tentative de paroles confiées, presque confidences partagées, voix de Caroline Sagot Duvauroux, de Lucas Condamine, et autres présences essentielles.













Je suis venu à vous en confiance, vous parle et vous n'entendez pas, je parle toujours à la frontière de rien, c'est une habitude que de tenir un équilibre juste là, exercice souvent précaire, fragile, douloureux quelquefois.

Ne dirai rien sur ce que j'espérais trouver auprès de vous, vous me paraissiez rassurant, me laissiez m'avancer en ces territoires que je pensais asile, havre, pensais cela.

Vos mots me frappent loin en dedans, ou m'évitent, je n'ai pas votre culture, votre savoir, encore moins votre foi, vous me parlez en une langue que je ne comprends pas,' avoir fort bien compris le sens, mais en quelle langue, non'

Me souviens souvent de cet autre, sa présence rassurante, son regard et ses mots, puis un matin ne restait plus que son habit jeté au sol, envolé, parti.

Vous êtes là, à l'abri de mon regard, et je vous aurais parlé, sembler écouter, mais vous n'écoutez que vous, que ces mots auxquels vous vous accrochez pour donner sens à votre présence. Cette nuit je marcherai encore vers ailleurs, de l'autre côté c'est peut-être plus soleil, je ne vous laisserai pas ce livre qui me hante, cette déflagration qui m'a traversé à sa lecture, brûlé loin, en dedans.

J'étais venu à vous en confiance, mais de trop peu parlé je nous ai perdus.

Que m'importent ces réels, les mains tendues à rien, marcher.

Marcher, marcher longtemps pour rencontrer, de l'autre côté de la frontière qui dispense un instant essentiel. Repartir, prendre la route, rasséréné. Peu savent encore. Au matin plus de lumière à l'intérieur. Passer la frontière. Traverser. Ils ont clos les portes, condamné l'asile.

Juste marcher, passer, passer la Roche, cela fait si longtemps, ils savaient que contraindre ne servirait à rien .















Exposition visible en présence du médiateur, les mardis, jeudis, samedis et dimanches de 14 à 18 heures.







art en chapelle

Exposition du 5 juillet au 23 août 2020 Sarkis > Saint-Point Jingfang Hao & Lingjie Wang > Remoray Line Marquis > Gellin FRAC Franche-Comté avec Ann Veronica Janssens, Charles Dreyfus, Pierre Tatu > Petite-Chaux Pierre-Yves Freund > Rochejean Élisabeth S. Clark > Saint-Antoine  […]

Lire la suite

égarés

''Beaucoup des gestes de Pierre-Yves Freund gravitent autour de la petitesse, du peu, de la trace, du témoignage qu'on en retient. Empreintes de délicatesse, ces pièces sont formées de la main. Ici l'idée du geste porté est fondamentale. Le geste est celui de contenir le plâtre dans les paumes  […]

Lire la suite

21 grammes

L'histoire du chardonneret pesant vingt et un grammes Patrick Wateau en Docimasie Le poids de l'âme Je connais l'histoire depuis mon adolescence. L'ai-je lue ? L'ai-je entendue ? Je ne m'en souviens plus. Un savant voulut un jour connaître le poids d'une âme. Il pesa un moribond à la dernière  […]

Lire la suite

Don't call me worthy Guy Viarre

J'ai décidé que je ne poserai pas de questions, mais les gens parlent. Et si votre physionomie est fermée comme on ne veut pas entendre d'avantage ils le voient. Et nous chargent. Parce que d'écouter nous déduisons. Que nous avons le beau rôle du mutique qui s'en dit des choses. Et parce que notre  […]

Lire la suite

Scrupule

Scrupulus : diminutif (de scrupus : pierre pointue, roche) qui désigne par son étymologie bien ancienne, une petite pierre, pointue, qui provoque un moment d'hésitation, de doute, d'empêchement. Une petite pierre qui, malgré sa petitesse, nous pose, à compter de ce moment, un problème, qui nous  […]

Lire la suite

Il y eut ...

1990 peut-être, j'avais vraisemblablement un compte à régler avec la peau, ma peau. J'ai placé quelques feuilles de basane sur un socle en plâtre, ai fixé sur elle une broche halogène, 500 watts ... Cela brûlait, une fumée âcre envahissait l'espace, repoussait les possibles rares spectateurs, la  […]

Lire la suite

emblave de l'obscur

L'image est noire, incise lumière en espace sombre. Lieux de passage, instant de calme. En Comment dire, de Caroline Sagot Duvauroux, ces mots offerts ' Emblave d'obscur'  […]

Lire la suite

un jardin à Salmaise

Tu as creusé un trou dans le sol, intrusion faite de coups de pioche, introduit des parois de métal qui ouvrent le regard sur la terre, fond de terre nue. Une plaque de verre recouvre la blessure, la referme, l'homme marche là, s'accroupit, regarde, domine, cela résiste. Image réfléchie. Des  […]

Lire la suite

un déterminé

''Étoiles dans la mare Encore cette averse d’hiver Qui brouille l’eau'' (Sora, 1648-1710) Haïku adressé par Monsieur Vogelweith R. K. Un déterminé dans le jardin de La Gare _ Esox Lucius _ 2020 Photographies Fanny Wyzlan. Image du tableau devenu flou et qui se recomposera ensuite lentement.  […]

Lire la suite

penser

Je vais croiser mes mots à ses silences, comme nous le faisons depuis longtemps. Et ses œuvres, ses puzzles, je ne sais pas comment on peut dire, sont de celles qui suggèrent le plus pour moi l'écriture. Peut être justement par la densité du silence, qui chez Pierre-Yves est toujours autour du  […]

Lire la suite

un déterminé [ III ]

Un déterminé III _ Cadre de métal placé en terre, recouvert d'une plaque de verre. 90 x 90 x 60 cm, troisième (et dernière ... ? ) déclinaison d'un geste né avec le soutien de la DRAC Franche Comté. Jardin de La Gare, Lieu d'art, Esox Lucius, Saint Maurice les Châteauneuf. Boîte noire, la terre  […]

Lire la suite

poussière blanche sur noir _ II _

Poussière blanche sur noir (II) L’œuvre de Pierre-Yves Freund produit, entre résistance des matériaux et sensation de mutabilité, une impression d’ailleurs, telle une entaille dans l’ordre de la réalité. Cette nouvelle édition de « Poussière blanche sur noir » est conçue comme un prolongement de  […]

Lire la suite

Haut de page